CONNEXION perm_identity Panier vide shopping_cart

Anarchéologie. Fragments hérétiques sur la catastrophe historique

Auteur : VIOULAC Jean
Editeur : PUF
Nombre de pages : 362
Date de parution : 06/04/2022
Forme : Livre ISBN : 9782130832812
PUF745

NEUF habituellement en stock
Prix : 22.00€

Le domaine de la philosophie se ramène aujourd´hui aux questions suivantes : où en sommes-nous ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment s´en sortir ? La dernière est d´évidence la plus importante et la plus urgente : mais l´impatience est périlleuse, et condamne à bien des égarements et à bien des catastrophes aussi. La philosophie doit donc avant tout assumer le fardeau de la lucidité, et se confronter à la catastrophe globale, pour la penser comme essence même de notre époque. Cette catastrophe n´a pas épargné la philosophie elle-même, qui dans ce même moment, a découvert l´obsolescence de toute sa tradition en laquelle elle a reconnu une mystification spéculative : d´où la tâche d´une réinstitution radicale de la philosophie, qui l´arrache à sa structure théologique pour la réélaborer dans une structure archéologique. Il redevient alors possible de concevoir la philosophie de l´Histoire nécessaire pour comprendre la catastrophe en laquelle elle s´achève, non plus en postulant à son commencement un Universel en puissance dont l´Histoire serait la réalisation de droit, mais en constatant à son achèvement un Universel en acte dont l´Histoire est la genèse de fait : l´Un numérique parvenu à l´hégémonie mondiale et devenu puissance démiurgique, c´est-à-dire Capital. Notre époque est ainsi la révélation apocalyptique de l´essence nihiliste de l´Histoire, processus d´universalisation par consumation de toute particularité, c´est-à-dire processus d´annihilation.


Le domaine de la philosophie se ramène aujourd´hui aux questions suivantes : où en sommes-nous ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment s´en sortir ? La dernière est d´évidence la plus importante et la plus urgente : mais l´impatience est périlleuse, et condamne à bien des égarements et à bien des catastrophes aussi. La philosophie doit donc avant tout assumer le fardeau de la lucidité, et se confronter à la catastrophe globale, pour la penser comme essence même de notre époque. Cette catastrophe n´a pas épargné la philosophie elle-même, qui dans ce même moment, a découvert l´obsolescence de toute sa tradition en laquelle elle a reconnu une mystification spéculative : d´où la tâche d´une réinstitution radicale de la philosophie, qui l´arrache à sa structure théologique pour la réélaborer dans une structure archéologique. Il redevient alors possible de concevoir la philosophie de l´Histoire nécessaire pour comprendre la catastrophe en laquelle elle s´achève, non plus en postulant à son commencement un Universel en puissance dont l´Histoire serait la réalisation de droit, mais en constatant à son achèvement un Universel en acte dont l´Histoire est la genèse de fait : l´Un numérique parvenu à l´hégémonie mondiale et devenu puissance démiurgique, c´est-à-dire Capital. Notre époque est ainsi la révélation apocalyptique de l´essence nihiliste de l´Histoire, processus d´universalisation par consumation de toute particularité, c´est-à-dire processus d´annihilation.