MON COMPTE : MOT DE PASSE :
Mot de passe oublié ?
    Créer un compte

0 Article(s)

0 €

Email

09 51 72 83 37

Librairie ouverte
du mardi au samedi
10h30-12h30 &
14h30-19h00

Page FACEBOOK de la librairie

Nos conférences et activités

(sauf mention contraire, ces activités
ont lieu dans
 
notre salle, 2 rue
des Antonins, Lyon 5e, à 19h30

 

Samedi 16 oct, 9h30h-18h30 :
Visite énergétique du Centre-Ville de Lyon.
Par P.-A. Nicolas (70 €)

Samedi 16 oct, 19h30 :
Huiles Essentielles et Géobiologie.
par Pierre-Alexandre Nicolas (10 €)

Mardi 19 oct, 19h30 : La dimension
spirituelle de l’Eau
 par Claude Lefebvre (10 €)

Vendredi 29 oct, 19h30, Le système
immunitaire, son rôle, son fonctionnement,
et les moyens de le soutenir

par Adrien Gabriele, naturopathe (10 €)

 

Mardi 2 nov. 19h30: Les Serpents du Temps
les Bases de la Connaissance Sacrée
.
par Yves Jacquet (10 €)


vendredi 5 nov 19h30 : Conférence 
Le Langage alchimique des oiseaux,
 par Pascal Bouchet (10 €)

samedi 6 nov : Séminaire Alchimie et
Voie Intérieure
(Cours n°1 80 €) 

dimanche 7 nov : Séminaire Alchimie et 
traditions initiatiques
(Cours n°2 80 €)

 

* samedi 4 et dimanche 5 décembre : Séminaire Le Langage
alchimique des Oiseaux 
 (Cours n°3 sur 2 jours 160 €)

 

_____________________________________

 

* Vidéo de l´alchimiste Patrick Burensteinas
à la librairie Cadence, le 28/10/2015



JULLIEN François Ce point obscur d´où tout a basculé Librairie Eklectic

Ce point obscur d´où tout a basculé

Auteur : JULLIEN François
Editeur : Observatoire (Editions de l´)
Nombre de pages : 160
Date de parution : 24/03/2021
Forme : Livre ISBN : 9791032917633
OBS05

NEUF habituellement en stock
Prix : 18.00€

« Il est un point, dans nos vies, peut-être le plus inquiétant : quand une situation, un sentiment, un amour, soudain vient à s’inverser. Sait-on comment cela s’est effectivement passé ? Or, à partir de ce point « obscur », ensuite, tout a basculé…

En tirant ce fil, on est porté à s’interroger : n’est-ce pas là ce que notre langue, s’exprimant dans les termes de l’« être » (c’est-à-dire de « parties », de « début », de « cause », etc.), échoue à expliquer ? Mais peut-on sortir de sa langue dans sa langue, de la langue de l’Être dans laquelle, depuis les Grecs, notre pensée s’est articulée ?

Peut-on ouvrir sa langue en s’aidant d’une autre langue telle que, exemplairement, pour moi le chinois ?

Que serait une langue, en effet, qui pense, en termes, non de début, mais d’« amorce », de « linéaments » et d’« infléchissements » ? Non de cause et d’explication, mais de « propension » et d’implication ? Non de parties constitutives, mais de ramifications et de réseau structurant, etc. ?

Et d’abord si, au lieu de diviser méthodiquement, on apprenait à « cliver » en épousant la configuration des choses ? Si, au lieu de tout sacrifier à la détermination et à sa clarté, on faisait une place légitime à l’évasif ?

On pourrait en concevoir une nouvelle épistémologie que réclame aujourd’hui, je crois, le renouvellement des savoirs.

Et d’abord, en délaissant la langue de l’Être, décrire plus intimement ces veinures selon lesquelles nos vies vont basculant dans un sens ou dans l’autre, d’où ensuite tout a découlé… Sans même qu’on l’ait remarqué. »