MON COMPTE : MOT DE PASSE :
Mot de passe oublié ?
    Créer un compte

0 Article(s)

0 €

Email

09 51 72 83 37

Page FACEBOOK de la librairie

SUITE AUX DECISIONS
DU GOUVERNEMENT,
LA LIBRAIRIE EST FERMEE
JUSQU´A NOUVEL ORDRE
ET TOUS LES EVENEMENTS
PREVUS SONT REPOUSSES
SINE DIE.
NOUS MAINTENONS UN
SERVICE MINIMUM DE
VENTE PAR CORRESPONDANCE

 

Nos conférences et activités

(sauf mention contraire, ces activités ont lieu dans

notre salle, 2 rue des Antonins, Lyon 5e, à 19h30)

 

Rappel des conférences automne 2018 (en pdf)
Rappel des conférences printemps 2018 (en pdf)

Rappel des conférences automne 2017 (en pdf)

Rappel des précédentes conférences de 2016

Rappel des conférences de 2015

_____________________________________

 

* Vidéo de l´alchimiste Patrick Burensteinas
à la librairie Cadence, le 28/10/2015



BENSUSSAN Gérard Les âges du monde de Schelling - Une traduction de l´absolu  Librairie Eklectic

Les âges du monde de Schelling - Une traduction de l´absolu

Auteur : BENSUSSAN Gérard
Editeur : VRIN J. (Librairie philosophique)
Nombre de pages : 248
Date de parution : 26/05/2015
Forme : Livre ISBN : 9782711626182
VRIN510

NEUF Normalement disponible sur commande
Prix : 24.00€

Les Âges du monde, texte éclaté, peu lu, prestigieux aux yeux de certains, sulfureux pour d’autres en raison de ses présumées accointances théologiques, n’ont cessé d’exercer une secrète influence, dont la trace continue dans la philosophie contemporaine ne se dément pas. Que disent les Âges? Que l’absolu est liberté originaire —et que l’homme est liberté créée, finie. Entre les deux, une différence de régime, le divin et l’humain, tout à la fois abyssale et inessentielle. Le paradoxe se lève dès lors que l’on regarde aux modes d’existence où leur différence se donne. La différence existentielle ne relève plus d’une essence ou d’un déplacement substantiel des catégories, mais sépare des codages langagiers hétérogènes et met en question la traductibilité du divin dans l’humain. Les Âges et leur méthode chercheront, au fil conducteur de l’homme, à comprendre celui-ci comme un microchrone qui se tient en un lien énigmatique mais simple avec un macrochrone qu’il contient à l’état d’enveloppement. Cet ouvrage montre comment Schelling se porte jusqu’à l’archi-origine sauvage de la pensée en entrelaçant une théorie du savoir et une herméneutique de la temporalité. Les modes d’accès au temps qu’il propose vont commander leurs propres formes épistémiques d’exposition – grandiose entreprise qui se démarque de l’idéalisme spéculatif et de ses constructions, car la connaissance ne s’y réduit jamais à un savoir articulé en simples concepts.