MON COMPTE : MOT DE PASSE :
Mot de passe oublié ?
    Créer un compte

0 Article(s)

0 €

Email

09 51 72 83 37

Page FACEBOOK de la librairie

Nos conférences et activités

(sauf mention contraire, ces activités ont lieu dans

notre salle, 2 rue des Antonins, Lyon 5e, à 19h30)

 

* jeudi 24 sept, 10-17h30 : Atelier d´initiation

à l´astrologie chinoise BAZI

avec Jocelyne Berger-Lucquin (80 €)


* vendredi 25 septembre, 19h30 : Conférence

Alchimie et Chamanisme, par Pascal Bouchet (10 €)

* samedi 26 septembre, 19h30 : Stage/Cours 1er niveau
Alchimie et Voie Intérieure, par Pascal Bouchet (80 €)


* mardi 29 septembre, 19h30 : Conférence

Les typologies, formidable outil de connaissance
de soi et du monde
par Christian-Jacques André (10 €)


* mardi 6 octobre, 19h30 : Conférence 

L´énigme des Arêtes de Poisson et les Templiers
à Lyon, 
par Walid Nazim (10 €)


* conférence EN PARTENARIAT jeudi 8 octobre :
Ce que l´argent dit de nous, par Christian JUNOD,
à la Maison des Passages (Lyon 5e)
pour vous inscrire :
https://www.linscription.com/pro/activite.php?P1=38424

 

_____________________________________

 

* Vidéo de l´alchimiste Patrick Burensteinas
à la librairie Cadence, le 28/10/2015



SCHAD Wolfgang  Le regard périphérique ou le complément des lumières  Librairie Eklectic

Le regard périphérique ou le complément des lumières

Auteur : SCHAD Wolfgang
Editeur : TRIADES
Nombre de pages : 110
Date de parution : 06/02/2015
Forme : Livre ISBN : 9782852483828
TR209

NEUF habituellement en stock
Prix : 15.00€

L’anthroposophie comme science de l’esprit ne peut se développer sans la discipline méthodique des sciences empiriques de la nature. Quant aux sciences de la nature, elles ne peuvent trouver leur relation à la vie sans l’empirie de l’âme et de ­l’esprit.

Wolfgang Schad, biologiste-paléantologue et anthroposophe montre ici comment l’anthroposophie et les sciences de la nature se complètent. Pour progresser avec les nombreuses questions actuelles, le regard «  centré  » du chercheur, qui isole les parties pour les comprendre, a besoin d’être complété par un regard «  périphérique  » qui prend en compte la totalité du monde. L’analyse­ a besoin de la synthèse.

«  Pour comprendre la vie, le regard centré, fixé sur la cellule­ et la somme des gènes (le génome) a besoin d’être complété par le regard périphérique, qui envisage la ­protéine ­vivante des tissus, les organes, les échanges au sein de l’organisme et l’insertion de celui-ci dans son ­milieu de vie, le oikos («  maison­  » en grec). C’est pourquoi, au lieu de parler d’«  environnement  », on devrait plutôt parler de «  ­co-monde  », car un monde intérieur génétique ­fermé n’existe pas plus qu’un monde extérieur qui en serait ­séparé. Toute la périphérie participe toujours. Voilà le regard ­écologique.  »