MON COMPTE : MOT DE PASSE :
Mot de passe oublié ?
    Créer un compte

0 Article(s)

0 €

Email

09 51 72 83 37

Page FACEBOOK de la librairie

REPRISE D´ACTIVITE
NORMALE A COMPTER DU 
MARDI 12 MAI.
En attendant, vous pouvez nous
passer des commandes sur le site
ou par email : nous faisons des
envois par La Poste tous les jours,
des dépôts dans un magasion bio
à 10 min de la librairie (OrexisBio),
voire des livraisons à domicile.

 

Nos conférences et activités

(sauf mention contraire, ces activités ont lieu dans

notre salle, 2 rue des Antonins, Lyon 5e, à 19h30)

Nous sommes en train de modifier &
mettre à jour notre programme
d´activités de mi mai à juillet.

 

Rappel des conférences automne 2018 (en pdf)
Rappel des conférences printemps 2018 (en pdf)

Rappel des conférences automne 2017 (en pdf)

Rappel des précédentes conférences de 2016

Rappel des conférences de 2015

_____________________________________

 

* Vidéo de l´alchimiste Patrick Burensteinas
à la librairie Cadence, le 28/10/2015



CROUZET Denis Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance Librairie Eklectic

Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance

Auteur : CROUZET Denis
Editeur :
Nombre de pages : 460
Date de parution : 25/03/2011
Forme : Livre ISBN : 9782228906449
PAY160

NEUF habituellement en stock
Prix : 27.50€

À ces confins de l´Histoire que les historiens répugnent en général à explorer, les prédictions du célèbre astrologue continuent d´alimenter les pronostics les plus fous des marchands d´apocalypse. On en oublierait presque que Michel de Nostredame (1503-1566), dit Nostradamus, était un homme de la Renaissance et que c´est peut-être à ce titre qu´il vaut la peine d´être reconsidéré.
Si tous les interprètes de sa pensée se sont efforcés en vain de trouver un sens à ses Prophéties, c´est, selon Denis Crouzet, parce que celles-ci échappent précisément à toute tentative de compréhension. Plutôt que de dire l´avenir, Nostradamus aurait voulu "prophétiser", c´est-à-dire délivrer aux hommes la parole de Dieu. Au fond, si l´astrologue résiste à l´interprétation, c´est parce que c´est un penseur du doute. Les hommes doivent apprendre à se connaître eux-mêmes pour percevoir à quel point la connaissance leur est inaccessible. Et s´il annonce à ses lecteurs des lendemains aussi terribles et menaçants, c´est pour les conjurer de prendre conscience de leur impuissance et de leur nature résolument pécheresse. Dans un siècle traversé par les violences et les divisions religieuses les plus extrêmes, celui des guerres de Religion, Nostradamus est un chrétien doté d´une foi profonde, évangélique, qui, refusant les dissensions confessionnelles, cherche à attirer ses contemporains dans une piété de l´intériorité fondée sur la présence, en soi, du Christ. Un rêve de paix intérieure inspiré par ses précurseurs humanistes, Marsile Ficin, Érasme et Cornelius Agrippa, et suivi par Marguerite de Navarre, la soeur du roi François Ier. Comme Rabelais, autre médecin, pour qui le récit burlesque était une thérapie contre le mal de ce temps, Nostradamus, par le tragique de son discours, voulait lui aussi être un médecin des âmes, en plus d´être un médecin des corps : par la peur que pouvaient suggérer les malheurs infinis qui attendaient l´humanité, il souhaitait montrer que la haine était le plus grand des périls et que son seul remède était l´amour du Christ.
Un essai inspiré qui, en sondant l´imaginaire d´un homme à l´oeuvre aussi énigmatique que la vie, lui confère une dimension inédite et lui redonne une place dans l´histoire de la pensée humaniste.

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Paris IV-Sorbonne, spécialiste des guerres de religion et des pratiques de violence à la Renaissance, Denis Crouzet construit une œuvre pénétrante, de sa Nuit de la Saint-Barthélemy (Fayard, 1994) au récent Dieu en ses royaumes (Champ Vallon, 2008). On lui doit également quatre remarquables biographies de Michel de l’Hôpital (La sagesse et le malheur, Champ Vallon 1998), Jean Calvin, et Charles de Bourbon (Fayard, 2000 et 2003) et Christophe Colomb (Payot, 2006).